Prêt entre particuliers : définition, particularité et avantages

Prêt entre particuliers : souscrire à un crédit sans banque

En avez-vous assez de la lourdeur administrative bancaire? Sachez qu’il est actuellement possible d’obtenir un crédit auprès des personnes qui vous sont proches. Que cela se fasse avec des amis ou des membres de votre famille, la transaction se fait de manière simple et rapide.
En quoi le prêt entre particuliers est-il mieux que celui d’un organisme prêteur ? Comment l’obtenir ? Des réponses tout de suite.

Le crédit particulier : ses principaux avantages

Si vous n’êtes pas familier avec son concept, il s’agit d’un crédit qu’une personne physique accorde à une autre. Cette opération ne nécessite donc pas la présence d’une banque.

Le prêteur sera remboursé via un chèque, un virement ou en espèces. Le remboursement du montant emprunté sera accompagné d’intérêts. Le taux de ces derniers est fixé suite à un accord des deux parties.

Maintenant que vous avez la mémoire rafraîchie, voyons pourquoi vous devez considérer ce type de crédit pour financer vos projets :

  • La demande d’un prêt particulier se négocie plus facilement que celui d’une banque traditionnelle. En effet, vous n’avez pas besoin de présenter une énorme pile de pièces justificatives. Ainsi, il vous sera plus simple d’avoir accès à ce type de crédit, peu importe votre situation professionnelle.
  • L’emprunt se fait à un coût faible. Cela est justifié par le fait que le crédit particulier ne nécessite pas de frais de dossier. Si vous avez affaire à un créditeur faible, l’opération doit s’effectuer sans dépenses.
  • Si vous vous mettez dans la peau du prêteur, vous pourrez investir dans ce crédit rapide et obtenir de bons rendements.
  • Pour ce qui est du taux d’intérêt, il est relativement bas par rapport à celui des organismes prêteurs traditionnels.
  •  Vous n’avez pas besoin d’attendre longtemps pour avoir une réponse à votre demande.

A-t-on besoin d’un document pour un crédit entre particuliers ?

La réponse est oui. Il a pour but principal de justifier l’existence de la transaction entre les deux parties. Cela montre que l’opération est effectuée avec sérieux et fiabilité. De plus, cet acte permet de protéger le créditeur en cas de litige.

Vous avez le choix entre deux formes différentes, à savoir :

Document prêt immobilier - 1

  • La reconnaissance de dette. Le débiteur s’occupe de sa rédaction. Il doit obligatoirement y mentionner la date du crédit et la somme empruntée. Bien entendu, il la signera. Le créditeur gardera le document original.
  • Le contrat de prêt. Il doit comporter toutes les informations essentielles concernant l’emprunteur et le prêteur. Ces derniers doivent la signer et reçoivent chacun un exemplaire du document.

Bon à savoir : si la somme prêtée est plutôt élevée, nous vous recommandons de rédiger votre acte devant un notaire. Notez que cela engendre des charges additionnelles comme la commission et les droits d’enregistrement.

Nos conseils pour réussir un prêt entre particuliers

Lorsque vous souscrivez à un crédit aux particuliers, la dernière des choses que vous souhaitez est un conflit. Pour éviter tout malentendu, voici quelques astuces que vous pouvez suivre dans le cadre d’un prêt entre particuliers.

Optez pour des personnes en qui vous avez confiance

Avant de vous lancer dans un crédit aux particuliers, ayez toujours le réflexe de le faire avec des personnes de confiance. On entend par là, des personnes qui sont capables de vous rembourser ou de vous prêter de l’argent. Il est donc mieux de faire vos transactions avec des gens proches de vous plutôt qu’avec des inconnus.

N’oubliez pas de déclarer vos intérêts

À partir du moment où vous prêtez une somme considérable à une autre proche, l’État doit le savoir. La même chose est valable pour l’emprunteur. Ainsi, le versement ou la réception d’intérêts doit être déclaré aux impôts. Si vous ne respectez pas cette obligation, le fisc peut vous taxer le montant, car l’origine du revenu sera inconnue.

Ne dépassez pas les tarifs en vigueur

Si vous vous mettez d’accord sur un taux d’intérêt, celui-ci ne doit pas être supérieur aux taux d’usure. Les barèmes établis par la Banque de France peuvent vous servir de référence. Les taux maximums sont les mêmes que ceux de la banque. Sachez qu’ils varient tous les trois mois.